Bien au-delà du quotidien.

Posted by Matthieuon 18 juillet 2014

Il voit loin, il va loin. Exotisme et histoire s’entremêlent chez Jean-Jacques Annaud : s’il y a quelqu’un qui ne va pas chercher ses sujets dans la vie quotidienne, c’est bien lui. Pour ses débuts, il nous emmène en Afrique-Équatoriale française, au temps de la guerre 14-18 apprenant que la France et l’Allemagne ont déclenché les hostilités, un groupe de colons minables enrôle les indigènes pour les envoyer combattre contre la garnison teutonne d’à-côté. Épopée dérisoire, et en même temps exact reflet de ce qui se passait en Europe, «La victoire en chantant» n’a pas soulevé l’enthousiasme d’un public français qui, peut-être, ne se sentait plus concerné par la satire anti-cocardière. Mais à Hollywood, le film rebaptisé «Black and white in color» remporte l’Oscar du meilleur film étranger! Drôle d’idée, ensuite, d’aller dénicher un curieux roman d’aventures préhistoriques de J.H. Rosny aîné, «La guerre du feu». Qui croyait à cette entreprise? Un film sans paroles, dont les personnages s’exprimeraient pendant deux heures en borborygmes, avec cependant une action qu’on devrait comprendre… Annaud tint la gageure, et tourna un film somptueux, une sorte d’opéra sur la naissance de l’humanité. Gros succès, surtout chez les plus jeunes, qui vouent à «La guerre du feu» un véritable culte. Après l’époque des colonies et celle de Cro-Magnon, voicile Moyen Age avec «Le nom de la rose» inspiré du roman d’Umberto Ecco. Tourné en Italie, le film est terminé, il doit sortir en France début novembre. Que nous réserve cette fresque? De la poésie, de l’étrangeté sûrement… On l’attend avec impatience.

No CommentsPosted in Vente

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *